Embarquement Dixmude pour transit Brest-Toulon

dimanche 12/08/2012 – lundi 20/08/2012

Sacrifiez-vous, Tenez !

Sacrifiez-vous, Tenez !

Footing sur pont d'envol

Footing sur pont d'envol

Lundi 13/08 :
  • Appareillage 9h30
  • Boucles magnétiques
  • Enradiage de l’EDAR pour embarquement TRM commando Kieffer
  • Deradiage pour débarquement TRM commando Kieffer  et personnels DGA à l’Ecole navale
  • MANAVIA : TAG Caïman
Mardi 14
  • Tir Mistral

Exercice de tir SIMBAD sur cible remorquée par FALCON 20 AV / DEF. Du fait de conditions météorologiques défavorables entrainant une visibilité insuffisante l’exercice ne sera pas validé et reprogrammé le lundi 20 août.  L’atteinte de cet objectif est en effet indispensable pour la obtention de la QUALSUP du bâtiment. Cette mise ne situation aura malgré tout permis de « réviser » les procédures d’engagement et de gestion des anomalies SIMBAD.

Mercredi 15
  • SECUREX 04
  • Tir ALI (HK USP) : Cet exercice permet entre autres de faire valider son Certificat d’Aptitude au Tir (CATI)
Jeudi 16
  • MACOPEX
Vendredi 17
  • Cérémonie de remise de décorations – Plusieurs fois reportée, la cérémonie profitera de la fenêtre météo extrêmement favorable du vendredi matin pour se tenir sur le pont d’envol. Moment de solennité impressionnant au large du Portugal.
  • Calage loch électromagnétique
Samedi 18
  • Croisillons
  • Exercices Homme à la mer
  • SECUREX 08
  • Barbecue sur PFE et projection des vidéos du passage de ligne
Dimanche 19
  • Gunex  : tir canon 20 mm (x2) et mitrailleuses Browning M2-HB (x4) sur 3 cible dérivantes selon scénario DIRANIM bord
  • Mise à jour et tests DPS
  • SECUREX 01
Lundi 20
  • Tir Mistral
  • Accostage Toulon quai Milhaud 5 à 15h30
Dans la plume dans le Golfe de Gascogne

Dans la plume dans le Golfe de Gascogne

Accostage à Toulon - Le Pacha (CV Guillaume GOUTAY) et l'officier de manoeuvre (LV Laurent AUDEGON) en action

Accostage à Toulon - Le Pacha (CV Guillaume GOUTAY) et l

Heureux mousses après 168 jours loin du port base

Heureux mousses après 168 jours loin du port base

Anse de l'Aiguillette

Anse de l'Aiguillette

Posted in L 9015 DixmudeCommentaires fermés sur Embarquement Dixmude pour transit Brest-Toulon

Mission Jeanne d’Arc 2012 : c’est parti pour 5 mois

5 mars 2012, ciel azur et fort mistral, la mission Jeanne d’Arc 2012 appareille avec quelques nouveautés:

  • un départ de Toulon qui a déjà fait couler beaucoup d’encre et de salive
  • la participation du dernier BPC, le Dixmude, après respectivement celle des Tonnerre et Mistral en 2011 et 2010

Ci dessous, les liens des ressources trouvées le web (chaque article repris sur ce site pointe vers l’original) :

  • Long article sur le site de la Marine nationale (ci-dessous)
  • Courte vidéo sur le site de France 3 Edition Locale Var
  • Journaux de bord de la FASM Georges Leygues et du BPC Dixmude
  • Article de Mer&Marine et diaporama de Jean-Louis Vennes (ci-dessous)
  • Diaporama Facebook

et pour repère la carte de la mission.

 

Mer&Marine : Le groupe Jeanne d’Arc appareille de Toulon

Le BPC Dixmude appareillant de Toulon, hier après-midi

Le BPC Dixmude appareillant de Toulon, hier après-midi

 

Le bâtiment de projection et de commandement Dixmude, ainsi que la frégate anti-sous-marine Georges Leygues ont appareillé hier après-midi de Toulon. C’est avec un vent soufflant à plus de 100 km/h en rafales et une mer formée que les deux navires ont quitté la base navale pour débuter la mission Jeanne d’Arc. Ce déploiement annuel, instauré en 2010 à l’occasion du désarmement du porte-hélicoptères Jeanne d’Arc, ancien bâtiment école de la Marine nationale, en est donc à sa troisième édition. Les deux années précédentes, les BPC Tonnerre et Mistral y avaient participé, également accompagnés du Georges Leygues. Comme le faisait autrefois la Jeanne, les deux premières missions étaient parties de Brest. Cette année, pour la première fois, le départ était toulonnais. Les 144 officiers-élèves, qui profitent du déploiement pour réaliser leur stage d’application à la mer, ont donc rejoint le port varois pour monter à bord du Dixmude, qui les débarquera à Brest au mois de juillet (ndLM en principe le 25). Comme le veut la tradition, les familles pourront donc les accueillir à la pointe Bretagne à l’issue de leur premier grand embarquement. On notera d’ailleurs, toujours pour le côté traditionnel, que les hallebardes gardant l’entrée du bureau du commandant et la flamme de guerre de l’ex-Jeanne d’Arc ont été remises au pacha du Dixmude, le capitaine de vaisseau Guillaume Goutay, lors d’une cérémonie à laquelle a assisté Marc Laffineur, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Défense et des Anciens combattants, ainsi que plusieurs officiers généraux, dont l’amiral Bernard Rogel, chef d’état-major de la marine. En effet, ces objets sont désormais transmis, chaque année, au BPC qui reprend les traditions de l’ancienne Jeanne d’Arc.

Le BPC Dixmude

Le BPC Dixmude

La FASM Georges Leygues et l'EDAR 2

La FASM Georges Leygues et l'EDAR 2

Marc Laffineur, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Défense et des Anciens combattants et l'amiral Bernard Rogel, chef d'état-major de la Marine

Marc Laffineur, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Défense et des Anciens combattants et l'amiral Bernard Rogel, chef d'état-major de la Marine

Bloc Officiers-Elèves EN 2009

Bloc Officiers-Elèves EN 2009

La hallebarde de la Jeanne remise au capitaine de vaisseau Guillaume Goutay

La hallebarde de la Jeanne remise au capitaine de vaisseau Guillaume Goutay

Un groupe interarmées

Durant près de cinq mois, les officiers-élèves seront intégrés aux équipages du BPC et de la frégate. La « promotion » est constituée de 94 enseignes de vaisseau de l’Ecole navale (promo EN 2009) ou recrutés sur titre, 8 commissaires-élèves, 6 administrateurs des Affaires maritimes, 9 médecins des armées, ainsi que 15 officiers-élèves et un commissaire-élève étrangers venant d’Allemagne, de Belgique, du Bénin, du Brésil, du Cameroun, d’Espagne, du Gabon, d’Indonésie, du Koweït, de Madagascar, de Malaisie, du Maroc, du Royaume-Uni, du Togo et de la Tunisie. « Plongés au cœur du métier de marin dans un contexte opérationnel, ils auront l’occasion de développer leur sens du travail en équipe et d’affirmer leur capacité de prise de décision, inhérente au métier d’officier de marine », explique la Marine nationale. Ils évolueront également dans un cadre interarmées, le BPC accueillant aussi un groupement tactique embarqué (GTE) de l’armée de Terre, comprenant 210 hommes et des véhicules, dont des blindés. Cette composante de la 9ème brigade légère blindée d’infanterie de marine est notamment constituée d’une compagnie d’infanterie du 2ème régiment d’infanterie de Marine du Mans, un peloton de cavalerie légère blindée du régiment d’infanterie-char de Marine de Poitiers, une section mortier de 120 mm du 11ème régiment d’artillerie de Marine de La Lande d’Ouée et une section de sapeurs de Marine du 6ème régiment du génie d’Angers. «Le déploiement du groupe amphibie Jeanne d’Arc est une mission interarmées à vocation de préparation opérationnelle. Pour le groupement tactique embarqué, il s’agit de s’entraîner aux opérations amphibies, dans un cadre national ou international» explique le lieutenant colonel Carpentier, commandant du GTE.

Gazelle et Puma de l'ALAT

Gazelle et Puma de l'ALAT

Alouette III

Alouette III

Engin de Débarquement Amphibie Rapide (EDAR)

Engin de Débarquement Amphibie Rapide (EDAR)

Chaland de Transport de Matériel (CTM)

Chaland de Transport de Matériel (CTM)

 

 

Un EDAR, Deux CTM et 5 hélicoptères

La mission Jeanne d’Arc n’a, en effet, pas uniquement pour but de former les élèves à la mer. Il s’agit d’un véritable déploiement opérationnel, les bâtiments étant amenés à évoluer dans des zones sensibles et à participer à différentes missions, comme la lutte contre la piraterie et les trafics illicites, la surveillance maritime et, éventuellement, la projection de force, l’évacuation de ressortissants ou l’aide humanitaire. Pour les opérations de débarquement, le Dixmude, livré en janvier à la marine, embarque le second engin de débarquement amphibie rapide (EDAR) de la flottille amphibie, ainsi que deux chalands de transport de matériel (CTM). Le groupe aérien du BPC est, quant à lui, constitué de 5 hélicoptères, soit une Alouette III de l’aéronautique navale, ainsi que deux Puma et deux Gazelle de l’Aviation légère de l’armée de Terre (ALAT).
Dès demain, tous ces moyens doivent être engagés dans un exercice amphibie au large de la Corse. Le groupe Jeanne d’Arc mettra ensuite le cap vers la Méditerranée occidentale puis, via le canal de Suez, la mer Rouge et l’océan Indien, avant de gagner l’Atlantique au printemps, de passer par l’Amérique latine et le golfe de Guinée, avant de revenir en France cet été. Plusieurs escales sont prévues, notamment en Afrique du sud et au Brésil. A l’occasion de ce déploiement, le premier pour le Dixmude et l’EDAR 2, le groupe Jeanne d’Arc sera intégré à plusieurs opérations, notamment Atalante (lutte contre la piraterie) au large de la Somalie et Corymbe (présence permanente en Afrique de l’ouest).

Sacrifiez-vous, Tenez !

Sacrifiez-vous, Tenez !

-> article original : Mer&Marine, Photos : Mer&Marine, Jean-Louis Vennes

Départ de la Mission « Jeanne d’Arc 2012 »


Le 5 mars 2012, M. Marc Laffineur, secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense et des Anciens combattants, l’amiral Bernard Rogel, chef d’État-major de la Marine et de nombreuses autorités civiles et militaires se sont rendus à bord du bâtiment de projection et de commandement (BPC) Dixmude pour la cérémonie de départ de la Mission «Jeanne d’Arc 2012». Appareillage de Toulon pour une mission de formation des officiers-élèves de l’École navale et de l’École des officiers du commissariat de la Marine qui durera près de 5 mois.

La Mission «Jeanne d’Arc» est un déploiement à plusieurs dimensions. Former les officiers de Marine de demain, les mettre en condition opérationnelle au sein des équipages mais également expérimenter les capacités militaires du BPC Dixmude pris en charge par la Marine le 3 janvier 2012 ainsi que celles du tout nouvel engin de débarquement amphibie rapide (EDAR).

La Mission «Jeanne d’Arc» est également l’occasion pour le groupement tactique embarqué de s’entraîner aux opérations amphibies loin des côtes françaises, en coopération avec des forces armées étrangères.

Enfin, les officiers-élèves prendront pleinement part aux activités opérationnelles assignées aux unités du groupe Jeanne d’Arc, durant la participation du groupe à l’opération européenne de lutte contre la piraterie Atalante ou l’opération Corymbe de pré-positionnement permanent d’une unité de la Marine dans le Golfe de Guinée.

 

 

Officiers-Elèves avant appreillage

Officiers-Elèves avant appareillage

Garde d'honneur du Dixmude

Garde d'honneur du Dixmude

L'amiral Rogel et M. Laffineur à bord du Dixmude

L'amiral Rogel et M. Laffineur à bord du Dixmude

Remise de la hallebrade de la Jeanne

Remise de la hallebarde présente auparavant sur la Jeanne d'Arc

M. Marc Laffineur et l'amiral Bernard Rogel passent les troupes en revue

M. Marc Laffineur et l'amiral Rogel passent les troupes en revue

Ecusson Devise du Dixmude

Écusson présentant la devise du Dixmude: Sacrifiez-vous, Tenez !

Le Dixmude sous le pont de Saint Nazaire

Le Dixmude sous le pont de Saint Nazaire

Le bâtiment de projection et de commandement Dixmude prend le large

Depuis février 2011 et l’arrivée du noyau d’équipage à Saint-Nazaire sur le chantier du Dixmude, «tout n’a fait que s’accélérer» avoue le CV Guillaume Goutay, commandant le groupe Jeanne d’Arc 2012 et le BPC Dixmude . Le challenge du suivi de la construction, du déroulement des premiers essais à la mer et de la finition du BPC avec 4 mois d’avance sur le programme fut une source de satisfaction intense pour le pacha du dernier né de la Marine.

«La Mission Jeanne d’Arc 2012 aussi est emblématique» confie le CV Guillaume Goutay. «Elle a su adapter son calendrier à celui du BPC fraîchement pris en charge par la Marine le 3 janvier dernier et dont la qualification opérationnelle est obtenue 3 semaines avant l’appareillage, elle commence son programme de formation à terre à Lanvéoc en se concentrant sur le volet académique, elle transforme la mission de formation en véritable « mise en condition opérationnelle » pour les officiers-élèves, elle appareille de Toulon» .

Le CV Goutay, issu de la promotion 87 de l’ École navale, ne cache pas sa fierté et son enthousiasme à commander ce groupe à la dimension résolument interarmées, «hétérogènes de prime abord, mais dont la motivation pour le succès de la mission est forte». Son rôle: «faire travailler en harmonie toutes les composantes du groupe Jeanne d’Arc, un challenge passionnant».

Retour de mission de la fregate Georges Leygues le 03-08-2011

Retour de mission de la fregate Georges Leygues le 03-08-2011

La frégate anti-sous-marine Georges Leygues , l’ange-gardien du groupe Jeanne d’Arc

«Au plan opérationnel, le Georges Leygues assure la fonction d’escorteur du BPC et donc sa protection contre les menaces potentielles, au-dessus et en-dessous du dioptre, même s’il peut être éventuellement détaché pour remplir des missions spécifiques sur un théâtre, selon les besoins du contrôleur opérationnel» explique le CF Jean-Marin d’Hébrail, commandant la Fasm Georges Leygues .

«Du point de vue pédagogique» précise-t-il, «sa présence aux côtés du BPC permet de réaliser des indispensables exercices conjoints entre les deux bâtiments que sont les manœuvres nautiques (présentation pour le ravitaillement à la mer, navigation en convoi) et tactiques (dispositif de défense contre les différentes menaces, échanges d’information et transmissions d’ordres, etc.)» . Concrètement, un quart de la promotion des officiers-élèves embarque à tour de rôle sur le Georges Leygues sur des périodes de mer d’une dizaine de jours. À bord, la formation est axée sur la pratique où ils seront repartis entre les différentes fonctions de quart (en passerelle de navigation, en machines, au central opérations…) et les chaînes fonctionnelles et se voient enseigner in situ le travail qui leur sera demandé en tant que futurs chefs de service ou capitaine de compagnie.

Enfin, l’avantage indéniable pour les officiers-élèves est de naviguer à bord de deux bâtiments particulièrement complémentaires. «D’un côté le BPC, bâtiment d’exception, moderne, convoité par de nombreux pays, très sollicité dans les conflits actuels et fer de lance des opérations interarmées qui constituent la norme aujourd’hui» décrit le CF d’Hébrail. «De l’autre, le Georges Leygues, un bâtiment plus ancien, rustique et peu automatisé mais doté de tous les senseurs et armements représentatifs de nos frégates, excellent cadre pédagogique de début de carrière» conclut-il.

Le stage d’application à la mer, une mise en condition opérationnelle des officiers-élèves

Le CF Etienne Knapp, directeur de l’école d’application des officiers de Marine, aborde avec enthousiasme, humilité et ambition la Mission «Jeanne d’Arc 2012». «Enthousiasme de côtoyer des jeunes officiers impatients de commencer leur vie professionnelle» confie tout d’abord le CF Knapp, «humilité ensuite, face à leur exigence et à nos propres lacunes et ambition enfin, de terminer la formation initiale des futurs cadres de la Marine, de participer à leur orientation professionnelle et de les amener plus haut que là où nous sommes».

Comme il aime à le présenter, la formation n’est pas l’apanage de la structure légère qui embarque avec les officiers-élèves. «Chaque membre d’équipage s’investit dans leur formation, une formation qui dépasse l’enseignement nécessaire de connaissances techniques mais s’attache d’abord à apporter aux jeunes officiers la force morale qui leur permettra de commander et d’être commandé ».

La Mission «Jeanne d’Arc» ne saurait se réduire à la réalisation d’heures de quart et à l’organisation de cours. Pour cette raison, le volume des cours formels organisés en mer a baissé de 30%. Le temps libéré permet d’intégrer les jeunes officiers au sein des équipages. «Il ne s’agit pas de transmettre moins de connaissances, mais de les transmettre de façon différente» explique le CF Knapp

Essais EDA-R du-16.11.11-48

Essais EDA-R du-16.11.11-48

La flottille amphibie déploie le tout nouvel engin de débarquement amphibie rapide (EDAR) et deux chalands de transport de matériel (CTM).

La présence d’un détachement de la Flophib (flottille amphibie) et la programmation de nombreuses activités à dominante amphibie permettent de sensibiliser fortement les officiers-élèves sur les spécificités de ces opérations, qui ne leur sont pas enseignées de manière académique. «En côtoyant les équipes de reconnaissance de plage et les équipages d’engin de débarquement amphibie» décrit le lieutenant de vaisseau Vincent Boulier, commandant la flottille amphibie, «ils appréhenderont le «dur» de l’amphibie, c’est-à-dire du radier à la plage : des environnements déjà très particuliers et très complexes, tout en transportant une autre armée».

La Mission «Jeanne d’Arc 2012» a également la particularité d’être le cadre idéal à la vérification des caractéristiques militaires de l’EDA-R, en raison de la variété des espaces aéromaritimes et des zones de déploiement traversées, qui «permettra sans aucun doute d’éprouver l’EDA-R dans de nombreuses situations» se réjouit le LV Boulier pour qui l’EDA-R est «un engin révolutionnaire dont [il attend] surtout de pouvoir montrer tout son potentiel, dans les opérations amphibies comme dans d’autres missions où il pourrait s’avérer également très utile»…

L’ Alouette III , fidèle au groupe Jeanne d’Arc

Depuis la première campagne du porte-hélicoptères Jeanne d’Arc , les hélicoptères Alouette de la Marine nationale embarquent pour la formation des officiers-élèves. «L’hélicoptère est un moyen privilégié du bâtiment pour avoir une vision élargie de la situation navale» explique l’EV1 Johanne Dupont, chef du détachement de l’escadrille 22S.

Alouette III

Alouette III

L’emploi d’un hélicoptère permet de faire découvrir le travail aéro-maritime aux officiers-élèves et d’entraîner les marins des deux bâtiments du groupe Jeanne d’Arc aux opérations (comme la visite de bâtiment, la lutte contre la menace aérienne…).

Les personnels navigants de l’aéronautique navale et les membres du détachement sont des spécialistes du milieu aéro-maritime et habitués aux contraintes liées à l’emploi d’un hélicoptère dans le milieu maritime.

Ainsi, le détachement de l’escadrille 22S fait également office de «guide» auprès des détachements embarqués des autres armées comme celui de l’ALAT (Aviation légère de l’armée de Terre), composé de 2 Puma et 2 Gazelle .

Enfin, conclut l’EV1 Dupont, «la vie d’un détachement embarqué revêt plusieurs facettes qu’il va être intéressant d’aborder auprès des officiers-élèves notamment : la formation des pilotes et des membres d’équipages, le travail conjoint avec le bâtiment pour le maintien des qualifications de chacun ainsi que des aspects plus organiques et relationnels comme la gestion du personnel et le maintien du lien entre le détachement embarqué et son unité organique» .

L’amphibie, terrain de coopération entre marins et des terriens : «l’interarmées, une évidence qui ne peut que se renforcer»

La participation de l’armée de Terre a été initiée dès le premier déploiement de la Mission «Jeanne d’Arc» sur BPC en 2010. C’était alors à bord du BPC Tonnerre . Le LCL Carpentier, commandant le groupe tactique embarqué de la Mission «Jeanne d’Arc 2012» y était et revient pour cette 3ème édition. «Le déploiement du groupe amphibie Jeanne d’Arc est une mission interarmées à vocation de préparation opérationnelle. Pour le groupement tactique embarqué (GTE), il s’agit de s’entraîner aux opérations amphibies, dans un cadre national ou international» .

L’action du GTE auprès des officiers-élèves consiste donc à montrer les capacités de l’armée de Terre, ses savoir-faire et permettre d‘appréhender les contraintes propres à chaque armée. «La 9 ème brigade d’infanterie de marine a effectivement vocation à intervenir depuis la mer et développe une expertise dans le domaine de l’amphibie en s’entraînant régulièrement avec la Marine nationale comme avec les marines étrangères et notamment celle de Grande-Bretagne» précise le LCL Carpentier.

La brigade du «grand Ouest» comme on l’appelle fournit les éléments du GTE de la Mission «Jeanne d’Arc 2012» avec notamment une compagnie d’infanterie du 2ème régiment d’infanterie de Marine du Mans, un peloton de cavalerie légère blindée du régiment d’infanterie-char de Marine de Poitiers, une section mortier de 120 mm du 11ème régiment d’artillerie de Marine de La Lande d’Ouée et une section de sapeurs de Marine du 6ème régiment du génie d’Angers.

EV1 Marine Monjardé

Sources : © Marine nationale

Posted in D 640 Georges Leygues, Jeanne d'Arc, L 9015 Dixmude1 Commentaire

BPC russe : découpe de la première tôle à Saint-Nazaire

La première tôle d’un BPC russe découpée ce matin, à Saint-Nazaire

Cérémonie découpe première pièce

Cérémonie découpe première pièce

DCNS a lancé aujourd’hui sur le site des chantiers STX de Saint-Nazaire la production industrielle du premier des deux BPC commandés par la Fédération de Russie. A cette occasion, une découpe de tôle a été effectuée. Cette opération symbolique fait suite aux études de conception des navires qui ont débuté le 1er novembre 2011 pour prendre en compte les spécificités russes. A cette occasion des locaux dédiés à l’équipe du programme russe ont également été inaugurés pour lui permettre de suivre les travaux au sein du chantier STX.

La découpe de tôle a eu lieu en présence de M. Andrei Petrovitch Vernigora (Directeur par intérim de Département du Ministère de la Défense de la Fédération de Russie, chargé du suivi d’exécution de la commande militaire de l’Etat), du Capitaine de Vaisseau Valeri Pletnev, Attaché Naval à l’ambassade de la Fédération de Russie en France, et de Ivan Goncharenko, Premier Directeur Général Adjoint de Rosoboronexport.

Le contrat prévoit la fourniture à la Russie de deux BPC de type Mistral avec les services et prestations associés (logistique initiale, formation, transfert de technologies). Le Groupe DCNS est maître d’œuvre de la réalisation des deux BPC et réalisera l’intégration du système de direction des opérations du navire et du système de communications. STX France intervient dans le contrat en qualité de sous-traitant de DCNS, chargé de la construction de la plateforme des navires.

La livraison du premier bâtiment est prévue en 2014, soit trois ans après l’entrée en vigueur du contrat. Le second BPC sera livré en 2015.

Pour la petite histoire, aucun journaliste n’avait été convié à cette cérémonie. Motif invoqué: les Russes n’y tenaient pas.

Extrait du blog « Ligne de Défense » de Philippe Chapleau du 1er février 2012

Le lendemain, à Saint-Pétersbourg, le commandant en chef de la marine russe Vladimir Vyssotski annonçait que les deux premiers bâtiments de projection et de commandement de type Mistral construits pour la Russie seraient baptisés Vladivostok et Sébastopol.

En complément, ci-dessous la dépêche AFP reprise par Le Parisien du 1er Février 2012

Les chantiers navals STX de Saint-Nazaire ont procédé mercredi à la première découpe de tôle du premier des deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) de type Mistral commandés par la Russie, ont annoncé DCNS et les chantiers STX dans un communiqué commun.
« Cette opération fait suite aux études de conception des navires qui ont débuté le 1er novembre 2011 pour prendre en compte les spécificités russes.

A cette occasion des locaux dédiés à léquipe du programme russe ont également été inaugurés pour lui permettre de suivre les travaux au sein du chantier STX », ajoute le communiqué.
L’accord signé le 25 janvier 2011 entre la France et la Russie prévoit la fabrication de quatre BPC de type Mistral, dont deux fabriqués majoritairement en France et deux qui le seront en Russie.
« Le contrat prévoit la fourniture à la Russie de deux BPC de type Mistral avec les services et prestations associés (logistique initiale, formation, transfert de technologies) », précise STX mercredi.
« Le Groupe DCNS est maître doeuvre de la réalisation des deux BPC et réalisera lintégration du système de direction des opérations du navire et du système de communications. STX France intervient dans le contrat en qualité de sous-traitant de DCNS, chargé de la construction de la plateforme des navires ».
« La livraison du premier bâtiment est prévue en 2014, soit trois ans après lentrée en vigueur du contrat. Le second BPC sera livré en 2015 », ajoute STX.
Longs de 199 mètres, pour un déplacement de 22.000 tonnes, les BPC, d’un aspect massif, croisent à 18 noeuds (33 km/h). Ils disposent d’un équipage réduit à 170 personnes et peuvent accueillir jusqu’à 4.000 personnes pour des opérations humanitaires notamment.
Pour les besoins russes, les navires seront aménagés pour permettre l’embarquement des hélicoptères à double rotors Kamov et seront équipés de systèmes spécifiques, tels que le dégivrage partiel du pont d’envol.
DCNS exporte pour la première fois le BPC après avoir livré à la Marine nationale en 2006 et 2007 les deux premiers, Mistral et Tonnerre, réalisés avec STX France. « Le troisième BPC, Dixmude, commandé par la DGA en 2009 a été livré le 3 janvier 2012 à la Marine Nationale, par DCNS et STX France, avec 3 mois davance sur le calendrier », ajoute le communiqué.

Posted in BPCCommentaires fermés sur BPC russe : découpe de la première tôle à Saint-Nazaire

Mistral pour la Russie: le 3e et 4e BPC construits à Severodvinsk (Défense)

Le Mistral à Saint Petersbourg

Le Mistral à Saint Petersbourg

Les coques des troisième et quatrième porte-hélicoptères français de type Mistral achetés par la Russie seront construits par l’usine russe Sevmach de Severodvinsk (nord), a annoncé mercredi le ministre russe de la Défense Alexandre Serdioukov.

« C’est aux Français de décider où les préparatifs en vue de lancer la production des navires seront plus faciles et moins longs. L’usine Sevmach est le candidat le mieux placé », a indiqué le ministre dans une interview au journal Rossiïskaïa Gazeta à paraître jeudi.

Le directeur général de l’exportateur d’armes russe Rosoboronexport, Anatoli Issaïkine, a déclaré en septembre que ces navires seraient fabriqués à 80% en Russie et à 20% en France.

Toutefois, la Russie et la France devraient d’abord se mettre d’accord sur le prix, Moscou souhaitant acquérir les 3e et 4e navires de type Mistral à un prix réduit, selon le ministre Serdioukov.

Les deux premiers navires de cette classe destinés à la Marine russe seront construits en France pour 1,2 milliard d’euros. Aux termes d’un contrat signé en juin dernier avec le groupe français DCNS, le premier navire sera livré en 2014 et le deuxième et 2015. Début décembre, le groupe français DCNS a annoncé qu’il avait reçu un acompte et qu’il était prêt à lancer les travaux.

D’une longueur de 199 mètres, d’un déplacement de 22.000 tonnes et d’une vitesse supérieure à 18 nœuds, le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Mistral est capable de porter six hélicoptères, quatre vedettes de débarquement ou deux navires sur coussin d’air de faible tonnage. La Russie envisage d’y déployer huit hélicoptères Ka-52K et huit Ka-29. Le navire peut embarquer, outre ses 160 membres d’équipage, un commando de 450 hommes.

MOSCOU, 21 décembre – RIA Novosti

Posted in BPCCommentaires fermés sur Mistral pour la Russie: le 3e et 4e BPC construits à Severodvinsk (Défense)

DCNS prévoit de livrer le premier Mistral russe fin 2014

La plate-forme du navire doit être adaptée aux spécificités russes afin de pouvoir accueillir les hélicoptères Kamov. Crédit : Kamov

La plate-forme du navire doit être adaptée aux spécificités russes afin de pouvoir accueillir les hélicoptères Kamov. Crédit : Kamov

Le leader du naval militaire a débuté le transfert de technologie au chantier de l’amirauté de Saint-Pétersbourg.

 

 

 

 

Signé en juin, le contrat de livraison de deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) à la marine russe, pour plus de 1 milliard d’euros, vient d’entrer en vigueur. Sa mise en œuvre pérennise 1000 emplois sur quatre ans à Saint-Nazaire chez STX, en charge de la coque, et chez DCNS, maître d’œuvre et fournisseur du système de missions de ces gros navires multifonctions de 21.500 tonnes. Thales livre pour sa part les ­systèmes de communication, notamment les radars.

Moscou a versé le premier acompte début novembre. Et la construction a débuté. «Nous travaillons sur l’adaptation de la plate-forme du navire aux spécificités russes, en particulier aux conditions climatiques et de navigation plus rudes avec par exemple le dégivrage partiel du pont d’envol. Afin d’accueillir les hélicoptères Kamov à double rotor, les hangars seront plus hauts que sur les bâtiments français», explique Yves Destefanis, directeur du programme BPC russes chez DCNS.

Au total, 40% de la coque seront sous-traités au chantier de l’amirauté de Saint-Pétersbourg, propriété du holding OSK. Il sera responsable de la fabrication de l’arrière du navire à partir des plans transmis par STX qui enverra sur place quelques-uns de ses spécialistes. STX fabriquera la partie avant du bâtiment et prendra livraison en Russie de la coque arrière qui sera remorquée jusqu’à Saint-Nazaire pour l’assemblage final.

«Couteau suisse» de la mer

Parallèlement, DCNS a débuté le transfert de technologie qui comporte trois volets. Le leader européen du naval militaire enseignera aux Russes les méthodes de construction moderne de bâtiments de surface qu’ils pourront réutiliser pour d’autres navires. «Ces techniques utilisées par tous les chantiers modernes permettent de gagner en efficacité», explique Yves Destefanis. Les autres volets concernent les systèmes de communication et de traitement de l’information.

DCNS prévoit de livrer le premier BPC fin 2014 et le second fin 2015. Dès lors la marine russe sera dotée de bâtiments jumeaux du Mistral et du Tonnerre -le Dixmude, le 3e BPC français sera livré début 2012- en service dans la marine française. «Porte-hélicoptères, bateau amphibie, navire de transport, hôpital flottant, centre de commandement… Le BPC, c’est le couteau suisse de la mer mais il a un plus: on peut utiliser plusieurs lames en même temps», témoigne le capitaine de vaisseau Gilles Humeau, ex-pacha du Mistral.

Désormais s’ouvre une nouvelle phase de négociations. La Russie a pris une option pour deux BPC supplémentaires dont la coque doit être intégralement construite en Russie. Après ce premier contrat à l’international et l’intervention en Libye où le Mistral et le Tonnerre ont donné «pleine satisfaction», d’autres marines s’intéressent au BPC.

Extrait du Figaro Economie

Posted in BPCCommentaires fermés sur DCNS prévoit de livrer le premier Mistral russe fin 2014

BPC russes: un premier acompte a été versé

Le Dixmude sous le pont de Saint Nazaire

Le Dixmude sous le pont de Saint Nazaire

Nouvel acte concret autour du contrat de construction de deux BPC (porte-hélicoptères) entre la Russie et DCNS/STX. Selon André Trillard, sénateur, un acompte vient d’être versé. Le chantier naval nazairien qui a déjà entamé la phase active de ces navires, notamment au niveau des études, va pouvoir poursuivre ses travaux. La découpe de la première tôle est programmée pour le mois de janvier.

Extrait de Ouest-France le 22 novembre 2011

Posted in BPCCommentaires fermés sur BPC russes: un premier acompte a été versé

France to Deliver 20% Equipment for Second Two Russian Mistrals

Helicopter-carrier Mistral

Helicopter-carrier Mistral

France will deliver about 20% of equipment for the second two Mistral-class ships with direct involvement of Rosoboronexport, the rest 80% will be produced in Russia, told Director General of JSC Rosoboronexport Anatoly Isaikin in the interview to Kommersant published on Friday.

The EUR 1.2-bln contract for construction of two French Mistral-class assault landing ships for Russian Navy was signed in June 2011. The first helicopter carrier will be constructed in France in 2014, the second one – in 2015, third and fourth ones will be built in Russia.

« Rosoboronexport will take part in this contract [second two Mistrals for Russian Navy] only in a part related to delivery of import equipment. In percentage terms, French shipyards will produce 20%, and 80% will be manufactured by USC [United Shipbuilding Corporation] », Isaikin said.

According to him, those 20% will be regarded as import of services and equipment, and that is just what Rosoboronexport will do in the second part of the contract [third and fourth ships].

Isaikin reminded that after commissioning of two first Mistrals into Russian Navy defense ministry would receive French technologies including those for construction of Mistral carriers. So, Russian military will have to negotiate with USC on procurement of second two ships then. After that, it will be a contract for building ships but not exporting them from abroad, explained the head of Rosoboronexport.

Displacement of multipurpose assault landing ship Mistral is 21,000 tons; overall length is 210 meters; speed is over 18 knots; fuel range is up to 20,000 miles; crew is 160 men plus 450 marines if needed; air wing includes 16 helicopters including six placed on the flight deck. According to Russian Navy’s plans, each Mistral-class ship will carry eight Ka-52K and eight Ka-29 helicopters on board.

From RIA Novosti 23.09.2011

Posted in BPCCommentaires fermés sur France to Deliver 20% Equipment for Second Two Russian Mistrals

The Strategic Implications of the Franco-Russian Mistral Deal

Russia has signed a landmark weapons deal with France for the purchase of two Mistral class amphibious assault ships. The ships will strengthen the Russian Navy’s capabilities for power projection.

Their purchase underlines Russia’s intention to give flesh to its Maritime Doctrine adopted in July 2001, which, inter alia, specifies among Russian national interests “guaranteeing the sovereign rights and jurisdiction of the Russian Federation in its exclusive economic zone and continental shelf”.

This is also the first major weapons system that Russia has imported from any country after the Second World War and that too from a major NATO member, which is an indication of the gradual rapprochement between the two erstwhile foes.

This Issue Brief outlines the strategic implications of the path-breaking agreement, including for NATO solidarity, looks at Russia’s ageing military industrial complex and foreign military collaboration and analyzes the capabilities which the Russian navy will now possess on account of the Mistrals.

Click here for the full report (11 pages in PDF format) on the Institute for Defence Studies & Analysis website or dowload it here The Strategic Implications of the Franco-Russian Mistral Deal

 

Extrait de Defense &Aerospace.com

Posted in BPCCommentaires fermés sur The Strategic Implications of the Franco-Russian Mistral Deal

Russia To Sign Contract For Other Two Mistrals In 2012

Mistral-class assault landing ship

Mistral-class assault landing ship

Contract for building of third and fourth Mistral-class landing ships will be signed in 2012, said Roman Trotsenko, the president of United Shipbuilding Corporation (USC).

« The arms procurement order includes construction of third and fourth Mistral-class assault landing ships for Russian defense ministry », he said. « It is planned to sign the contract in 2012. We consider the contract will be concluded, otherwise it would be no point to purchase technology », Trotsenko added.

According to the head of USC, first and second Mistral-class helicopter carriers will be half-built in St. Petersburg and then sent to France for assemblage. « Third and fourth Mistrals will be fully constructed in Russia », reports ITAR-TASS citing Trotsenko.

14.10.2011

Text: ARMS-TASS

Posted in BPCCommentaires fermés sur Russia To Sign Contract For Other Two Mistrals In 2012

Le contrat sur les deux derniers navires signé cette année

Le porte-hélicoptères français Mistral

Le porte-hélicoptères français Mistral

La Russie et la France signeront d’ici la fin de l’année un contrat sur la construction des troisième et quatrième porte-hélicoptères de type Mistral, a annoncé mercredi aux journalistes le ministre russe de la Défense Anatoli Serdioukov.

« J’estime que nous devons achever, d’ici la fin de l’année, le processus de négociations et signer le contrat », a indiqué le ministre en ajoutant que les navires devraient être construits en Russie.

Le 17 juin dernier, au terme de plusieurs mois de négociations, la Russie a signé avec la France le contrat d’achat de deux porte-hélicoptères de type Mistral, qui seront construits par le chantier naval de Saint-Nazaire. Le montant du contrat s’élève à 1,2 milliards d’euros.
Cette vente a suscité des critiques de la part de Washington ainsi que de voisins de la Russie comme les pays baltes ou la Géorgie.

MOSCOU, 7 septembre – RIA Novosti

Posted in BPCCommentaires fermés sur Le contrat sur les deux derniers navires signé cette année