Classé | Boulot, VTT

Quand pgAdminIII sous Windows8 part en vrille…

Quand pgAdminIII sous Windows8 part en vrille…

Un dimanche à  la campagne au milieu des chambres à air, alors qu’on aurait pu aller transpirer un peu à VTT dans la froidure mais sous le soleil… et bien non, il y a ce fichu problème de crash pdAdminIII qui vous retient.

Comment est-il possible qu’un outil qui fonctionnait correctement depuis plus de 6 mois sans attention particulière  se mette à planter systématiquement au démarrage ?

pgAdmin III crash

pgAdmin III crash

Euh… ah oui, ça se sont les joies de Windows où à force de clic-clic, tu pètes ta config sans t’en rendre compte. 

« Papa … l’ordinateur y marche plus …« 

Donc, au bout de 3 tentatives infuctueuses de relancer l’outil, il reste la recette magique « made In Microsoft« , l’imparable reboot. Mais là, malheureusement, il doit manquer quelques incantations car le redémarrage ne change rien.

Ca devient donc, critique … comment vais-je faire ? Je ne regarde même pas si le problème touche seulement pgAdminIII mais aussi le moteur de la base postgresql… Je m’interoge pour la première fois: où sont les logs, comment les activer … pfff, trop compliqué !

Je joue ma dernière dernière carte : désisntallation puis réinstalallation. Et là, ça va sérieusement se corser…

Je me lance donc dans la désinstallation. Pas d’inquiétude me direz-vous. Et bien si car malgré l’utilisation du désisntalleur depuis le panneau de conf des applications installées on laisse un max de traces :

  • arborescence …/postpresql9.0/… contenant entre autres vos données
  • clefs de registre
  • compte de service postgres

Du coup, à la réinstallation ça couine de partout. Et le bug au démarrage reste le même. Je suis pas ailleurs surpris de retrouver mes données et d’apprendre que le compte postgres existe dékà avec un autre mot de passe que celui que je veux saisir.

Je retente donc une vraie désinstallation avec suppression du répertoire à la base (tant pis pour mes données, j’ai des sauvegardes, ce sera l’occasion de vérifier qu’elles fonctionnent), nettoyage des clefs de registre (galère, il y en a partout …) et suppression du compte de service « postgres ».

Et enfin, une réinstallation en principe propre…

Pas mieux !!! Ceux qui me connaissent imaginent aisément la salve de mot douteux que je ne peux réprimer … « P… mais ça me fait c… cette vie de cliqueur de m…« 

C’est bien la peine d’être dans l’informatique depuis 20 ans et d’être aussi désemparé devant un plantage applicatif que madame Cléro devant un bug Facebook.

Donc, là il va falloir se poser et réfléchir … Pour cela je décide d’aller contrôler l’état de ma chambre à air avant de mon Lapierre 500 et arrière du trentenaire Marin Muirwoods.

Quelques minutes plus tard, je reviens donc à la charge avec l’esprit clair et une question intéressante : « Qu’ai-je pu installer sur mon poste de travail qui se lance automatiquement et qui créerait un conflit avec PGAddmin III ?« 

Au bout de quelques minutes je tiens mon coupable : HitMan Pro !!! http://www.surfright.nl/en/hitmanpro/cyscon-en.

Je refais 3 fois la désinstallation et 2 réinstallations de Hitman Pro pour m’assure que quand Hitman Pro est là, PGAdmin ne fonctionne plus … avant de remonter gentiment pourrir copieusement l’éditeur…

et un WE d’énervement, un !!!

 

 

 

 

Comments are closed.