Classé | CyberDefense

Ca bouge à l’Etat-Major !

Le commandant de la cyberdéfense sera, au 1er septembre… un terrien : le général Olivier Bonnet de Paillerets.

Succédant au vice-amiral Arnaud Coustillière, le général de brigade Olivier Bonnet de Paillerets devient, au 1er septembre prochain, officier général commandant de la cyberdéfense à l’état-major des armées (EMA). Le décret du Président de la République du 30 juin, a été publié au journal officiel du 2 juillet.

Dans son discours à Rennes le 12 décembre 2016, l’ancien ministre de la défense Jean-Yves Le Drian avait annoncé la création d’un commandement spécialisé en cyberdéfense. Il a été créé par le décret du 4 mai dernier et l’arrêté du même jour.
Le nom précis de son commandant est « officier général commandant de la cyberdéfense », il est intégré à l’organigramme de l’État-Major des Armées et placé sous la responsabilité directe du chef d’état-major des armées (le CEMA, le général François Lecointre, élevé aux rang et appellation de général d’armée le 19 juillet 2017, lui même ancien Chef du cabinet militaire d’Emmanuel Macron).

Le premier titulaire du poste créé le 1er juillet 2011 fut le vice-amiral Arnaud Coustillière nommé depuis DGSIC (Directeur Général des Systèmes d’Information et de Communication) par décret du 2 août 2017 et qui pour le coup glane sa quatrième étoile et prend rang et appellation de Vice-Amiral d’Escadre.

C’est un officier général avec son propre état-major et des effectifs : 2 600 militaires et 600 experts de la DGA (à l’horizon 2019). Les investissements devraient passer de 150 à 440 millions d’euros. Des chiffres annoncés pour la Loi de programmation militaire actuelle (LPM 2014-2019), mais avant le changement de gouvernement et la polémique budgétaire récente.

Répondre